Avr 30

L’embarras du choix ou « Overchoice » !

image : twilight of the gods

image : twilight of the gods

Dans son dernier article du 26 Avril 2015, l’excellentissime site « Ramblings of a Retrogamer » nous interpelle (dans la langue de Shakespeare) sur le problème du collectionneur qui devant une collection qui se serait grandement étendue ne saurait plus par quoi commencer quand il se prépare à une petite session rétro.

Et si on en discutait en Français ?

Pourquoi un trop gros choix serait-il génant ?

Le principe est le suivant : plus on a de choix disponible, plus on a de difficulté à choisir.
Cela marche pour l’achat comme pour l’utilisation d’un objet à l’intérieur d’une collection.

L’effet pervers est qu’on peut en arriver à renoncer à sa partie de jeu car on a parfois perdu du temps à faire notre choix, détruisant par la même la magie de l’instant.

Comment faire alors ?

Voici ici quelques-uns des conseils du « RetrogamingGuy » adaptés à notre sauce :

1- Etre réaliste

Posséder un jeu ultra-rare pour son prix ou sa rareté est inutile si on n’a pas l’intention d’y jouer ou si son gameplay est moisi.
Posséder une collection basée sur le plaisir de jouer est forcément plus productive en terme de choix utile qu’ une accumulation de titres rares dont la rareté ou la célébrité est basée sur le fait qu’il est merdique. (Action 52, par exemple).

2- La qualité contre la quantité

Sans rater quelques bonnes occasions de posséder une rareté, il vaut mieux passer l’aspect « collectionnite » en second plan.
Même si il est normal d’avoir envie d’atteindre le niveau de collection de untel ou untel, les joueurs échangent plus volontiers sur leurs expériences de jeu communes que sur la taille de leur collection.

3- Se donner un but concret

Il est plus facile de constituer et de jouer à une collection dont la cohérence est établie dès le départ.
Certains se dirigeront vers les « full-sets » d’une console, d’autres (ma préférence) se tourneront vers un type de jeu qu’ils aiment (RPG, Vs Fighting, etc…)
Surtout il faut « jouer » à tous ces achats, au moins une bonne session pour être sûr de notre choix de jeu la prochaine fois.

Pour vous aider, vous pouvez diviser vos recherches ou vos thèmes de jeu en sous-groupes. Il est plus aisé de dire « aujourd’hui j’achète (je joue à) ce type de jeu.

Faîtes des listes, sur papier, sur fichier informatisé, dans votre lieu de stockage ou à l’intérieur de vos émulateurs.

Fixez-vous des limites… Je sais, c’est dur mais il faut savoir renoncer à un prix trop élevé ou à un achat inutile qui nous ferait rater un achat utile.

Le cas de l’émulation,  un grand révélateur

L’émulation constitue pour beaucoup une « collection parfaite instantanée », cependant la rapidité de constitution d’une collection est encore plus problématique de « l’embarras du choix ».

A domicile, je possède plusieurs types de consoles qui ont toutes été modifiées pour supporter plusieurs niveaux d’émulation de consoles rétros, la plupart en full-set.
Comme vous le savez si vous êtes des lecteurs habitués de ce site, nous avons construit une borne d’arcade maison dont le contenu est de 3863 jeux.

Et bien, quand ma fille de 7 ans, qui n’a pas la connaissance de cet univers ludique qui a mon âge, se retrouve devant les longueurs des listes de jeux, elle ne sait que choisir…
Ensuite après avoir perdu de précieuses minutes à chercher, chercher et encore chercher… elle change de jeu au bout de 3 minutes car elle veut « tout essayer ».

Au final, c’est en lui donnant du contenu au  « goutte à goutte » qu’elle apprécie les jeux.
Je lui constitue des playlists ou je lui retire carrément des lots de titres.
Le résultat est qu’elle joue alors avec plaisir à des jeux qu’elle approfondie réellement.

Et donc ?

Si votre passion est la collection pour la collection, alors oubliez cet article car il n’est pas pour vous.

Mais, si votre collection (ou même une partie) est destinée à jouer, alors pensez à ces conseils et vous verrez que quand vous aurez du temps libre vous ne vous direz plus « je jouerais bien à quelquechose » mais plutôt « je jouerais bien à ça (titre de votre choix) ».

@++++

(1 commentaire)

    • Cramouche on 2 octobre 2015 at 10 h 47 min
    • Répondre

    article intéressant, je rejoins beaucoup point abordés. Je collectionne principalement les jeux d’aventures et RPG, j’ai aussi quelques ovnis, malheureusement je ne peux pas jouer à tout. Ceci dit je ne considère aucun de mes achats inutiles car même si je jouerai (ou pas) à « tel jeu », lorsque je l’aperçois, il me rappel pleins de souvenirs .

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :