Borne d’arcade avec le club d’ados du Centre Fissiaux à Marseille

Il était temps à l’aube des vacances d’été que nous revenions sur nos activités de ce 1er semestre 2019.

Effectivement, nous avons eu l’opportunité de faire une petite collab’ avec le Centre Fissiaux à Marseille 4ème arrondissement pour la construction d’une borne d’arcade en mode DIY à destination du foyer du club ados qui bien qu’équipé d’un baby-foot et d’une PS3 manquait d’un peu de magie 80’s.

Nous avons d’abord commencé par tâter le terrain en organisant une après-midi découverte de l’arcade old-school au moyen d’un double stick arcade équipé d’une carte Pandora 5 et d’un vidéo-projecteur.

Devant le succès (inespéré mais incontestable) obtenu auprès de nos ados, nous leur avons proposé de réaliser leur propre système d’arcade basé sur un Raspberry Pi et nos deux distributions fétiches Recalbox et Batocera.

Le Centre Fissiaux a financé l’achat du Raspberry, du cabinet d’arcade, des sticks, des boutons et de la peinture.
De notre côté, nous avons fourni l’écran VGA 24″, la partie électrique, les haut-parleurs de PC, les bois de complément, la vitre plexiglas et surtout le savoir-faire…

Nous avons commandé un bartop accompagné de son piédestal sur ebay pour 110 € et ça nous semblait pas mal.
Malheureusement il s’agissait de MDF de 5mm d’épaisseur et si la partie bartop tenait la route, la partie piédestal était trop faible et il a fallut la renforcer avec une structure en échelle à base de tasseaux de 55mm.

Nous sommes partis sur 2 rendez-vous par mois (à peu près) pour finir le tout sur un trimestre en fonction des emplois du temps de chacun et des vacances scolaires.

Dans un premier temps, nos ados les plus « geek » ont installé et testé le Raspberry Pi et les boutons d’arcade en mode « éclaté », c’est à dire tout sur une table et sans monter la structure bois.

Nos autres vaillants ados ont eu pour mission de réaliser la peinture des morceaux du bartop à la glycéro noire.

Pour le montage, ce sont les filles qui se sont bousculées pour jouer de la perçeuse et du tournevis comme des vrais pros. Ce sont également elles qui se sont attelées à la peinture du piédestal et de la structure de renforcement.

Une fois tout cela bien sec, il a été procédé au prémontage du bartop et à la découverte des premiers soucis de conception :

  • les équerres de la planche support de l’écran VGA étaient bien trop fines pour supporter la déformation due au poids de celui-ci et risquaient de s’arracher en emportant des morceaux de MDF.
  • rien n’était prévu pour l’arrivée électrique.
  • le bartop manquait alors de stabilité si nous n’utilisions pas la planche support évoquée plus haut.

 

Pour régler le problème de support d’écran, nous avons remplacé le pied d’origine par un pied de modèle inférieur de même marque et nous l’avons déshabillé de son plastique inutile pour ne garder que la structure métallique au travers de laquelle nous l’avons vissé.

Pour la stabilité, nous avons mis quelques équerres et avons réutilisé celles fournies dans des endroits plus adaptés. Nous avons aussi posé deux tasseaux transversaux qui ont également servi de support à la vitre plexiglas et au panel.

2 tasseaux transversaux de 15mm

Pour l’arrivée électrique nous avons installé une prise avec fusible avec un branchement pour prise d’alimentation de tour PC.

Derrière la partie traditionnellement réservée au « marquee » (la « marquise » en bon français…) nous avons placé les haut-parleurs et l’amplificateur (un modèle pour PC récupéré et dont nous avons éclaté les plastiques) ainsi que notre Raspberry Pi.

Nous avons également mis la planche « marquee » sur des charnières aimantées pour ouvrir et gérer le volume sonore ainsi que procéder aux interventions éventuelles sur le Pi.

Après un dernier coup de peinture pour les raccords, nous avons créé un décor pour la vitre (le bezel) et nous l’avons honteusement personnalisé à nos couleurs..

Enfin, pour assembler le bartop et son piédestal, nous avons choisi de ne pas procéder à un assemblage en dur mais plutôt à un simple emboitement en réutilisant la planche support d’écran que nous avons coupée en trois morceaux fixés sur les côtés et à l’avant du piédestal.

De cette manière si un jour la disposition des lieux devait évoluer, le bartop serait facilement extractible pour rejoindre son nouveau support au besoin.

Et voilà, la borne installée dans son emplacement définitif. 143 cm de bonheur…

Mission accomplie, à peine branchée la borne a été « essayée » par l’équipe encadrante (pour être sur qu’elle marche..) et puis le défilé des parties de Street Fighter 2 à commencé.

Petit coup de coeur nostalgique quand une demoiselle de 12 ans m’a demandé : « vous avez Pacman ? » et qu’un des petits « geek » de la partie montage du panel m’a annoncé : « faut qu’j’me chauffe pour le kill-screen de Donkey Kong. »

Rien n’est perdu, tout ne fait que commencer !

@+++++++

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :