Fév 07 2018

Changer la pile « suicide » d’une CPS2 et son ventilo

Oyez, oyez braves geeks !
Voici un article que les heureux possesseurs de carte jamma CPS2 se doivent de connaître pour permettre de sauvegarder ce patrimoine vidéoludique.

Ce tutoriel reprend une maintenance obligatoire que Capcom a mis en place afin d’avoir la main mise sur l’entretien de ses jeux de borne d’arcade. Je vais dans un premier temps, vous détailler le changement de la pile « suicide » d’une carte jamma Capcom de type CPS2. Et par la suite, je vais vous montrer comment on change le ventilateur de cette carte.

Je sais que ces sujets sont déjà bien répandus sur la toile, mais je n’ai pas eu certaines informations lorsque j’ai effectué ce remplacement de pile. J’ai dû piocher à droite à gauche, mais je n’ai pas trouvé ce que je cherchais. En gros je n’étais pas à l’aise durant cette opération. J’avais des craintes,  détruire ou effacer définitivement mon jeu Super Street Fighter II.

Durant cette présentation j’ai pris des photos de toutes les étapes pour que vous soyez le plus à l’aise possible lors de cette opération. Je ne suis pas électronicien, je suis un bricoleur curieux et je n’ai pas la dextérité de certains, c’est pour cela que j’y vais tranquillement en détaillant autant que possible les actions.

Tout d’abord le matériel

– J’ai réalisé ce bricolage sur un établi pliable mais une table simple suffirait. Chacun sa méthode, mais j’aime bien prendre le maximum d’espace. Je retrouve les outils et je travaille plus vite.

– Sur une autre table j’ai installé une TV avec une prise péritel et un Supergun ( ou « C-BOX », interface permettant de lire un jeu de borne d’arcade sur une TV et muni de ports permettant d’y brancher une manette ou un joystick). Je pourrai ainsi tester très facilement mon jeu durant les étapes.

– Ensuite les outils : Une perceuse, 2 forets diamètres 3 et 3,5 mm, une pince coupante, une pince plate, un fer à souder, une pompe à dessouder, une boite de tournevis avec de multiples embouts Il faudra un torx T7 à trou et un cruciforme. Un voltmètre. Un pistolet à air chaud ou un séchoir à cheveux.

– Une pile rechargeable au lithium de format AA 1/2. La tension doit être de 3,7 V. La capacité 1200 mAh.

– Un ventilateur 12V de 60 mm de côté et de 15 mm d’épaisseur ? Attention l’espace est compté. Il ne faudra pas qu’il dépasse ces mesures.

 

Quelques explications

Le CPS2 est composé de deux cartes empilées.

La carte du bas est universelle. Elle est reliée à la borne par le port Jamma. C’est elle qui contient le ventilateur, on dit qu’elle est la carte mère du système. Elle est nommée « Carte A » ou « A Board ».

La carte du haut contient le jeu. Elle est clipsée à celle du bas. C’est dans celle-ci que vous trouverez la pile à changer. Elle est nommée « Carte B » ou « B Board ».

La pile alimente un système qui contient des informations permettant d’autoriser le fonctionnement du jeu.
Quand le jeu fonctionne, ces informations sont stockées sur une mémoire vive qui s’effacera quand le courant aura complètement disparu. Il faut donc que la pile fonctionne toujours pour que le système puisse retrouver ces informations au prochain démarrage.

C’est ce laps de temps entre l’arrêt du jeu et l’effacement de la mémoire vive qui nous permettra de changer la pile. Si l’on tarde trop les données seront définitivement perdues et le jeu sera inutilisable.

Certains disent que les données restent présentes 45 minutes avant l’effacement définitif.

Je ne préfère pas prendre de risque et je ferai cette opération le plus rapidement possible. Cela prend 5 minutes maximum et je ne suis pas un pro.

Allez, on y va, « Mission One »

Il suffit de réunir son matériel et de mettre à chauffer son fer à souder quelques minutes avant.

J’ai mis le jeu à tourner une heure avant pour que les composants électroniques soient « actifs ».

Je désolidarise les cartes. Je défais les deux clips sur le côté.

Je déclipse aussi les cartes entre elles en les tirant délicatement. Attention aux gestes brusques. C’est du matériel  conçu pour être solide, mais, avec le temps, il est préférable de manipuler en douceur.

Il y a ensuite 4 vis et un rivet. Le rivet traverse la carte. On le voit de part et d’autre, c’est une pastille en métal gris clair. D’un côté il y a la lettre « C » d’incrustée, et de l’autre, il y a un autocollant siglé CAPCOM qui recouvre l’autre pastille. Juste à côté, on peut lire un message d’avertissement sur la perte de garantie si on ouvre ce scellé. Donc depuis 1993 la garantie a expiré et je vais donc percer ce scellé.

Je ne vais pas y aller comme un sauvageon…. Je souhaite garder la rom intacte mais je souhaite que mon boitier CPS2 garde une apparence identique à celle de sa sortie d’usine. Même si je l’ai acheté dans un très mauvais état : rayures, sticker froissé et décollé.. C’est pas grave je vais essayer de faire en sorte que le rivet fasse croire qu’il est encore en place même après le remplacement de la pile.

Tout d’abord j’enlève l’autocollant. Pour cela j’utilise le pistolet à air chaud ou le séchoir à cheveux.
Je chauffe légèrement 10 secondes, un peu éloigné. Je mets ma main à côté pour ressentir la chaleur. Il ne faut pas que cela me brûle la main…

Avec le cutter je décolle délicatement l’autocollant Capcom petit à petit. Je commence par les bords. Si je sens qu’il résiste, je repasse 4 ou 5 secondes d’air chaud et je continu. J’y vais tranquillement parce que je vais réutiliser cet autocollant.

Une fois l’autocollant détaché je le place en bordure de table juste sur un bord afin d ‘éviter que la colle se détache sur un autre support.

Ensuite je vais m’occuper du rivet. Donc c’est cette partie qui était sous l’autocollant que je vais percer. Donc sur ma perceuse je place une mèche métal de 3 mm de diamètre. Je perce en son centre jusqu’à une profondeur de la taille du trou dans lequel elle est, soit 75mm environ. Après je continue à percer mais avec une mèche de 3,5mm. Cette fois le rivet aura tendance à tourner sur lui même. J’utilise alors un tournevis plat et je fais levier afin de l’empêcher de tourner.

A un moment donné, il va céder d’un coup sec. Le rivet restera alors sur la mèche. Il est chaud et il faut en profiter pour vite l’enlever de la mèche avant qu’il refroidisse. Entouré d’un tissu je défais le rivet avec un pince plate. Je fais attention à ne pas l’écraser ou à le marquer puisque je vais le réutiliser.

La deuxième partie du rivet, marquée d’un C se défait alors facilement.

Je dévisse les 4 vis sans difficulté et je déclipse les deux parties principale de la coque. Les 3 caches noirs se défont facilement. J’atteins la carte électronique. Je dépoussière l’ensemble. Je repère la pile.

Je retourne la carte et je distingue les plots que je vais devoir dessouder. Avant toute chose je vais replacer cette carte sur le carte A sans remettre les coques plastique. Ainsi par mesure de sécurité je vais remettre le jeux en marche15 minutes et permettre aux condensateurs et autres mémoires de se recharger une dernière fois avant l’enlèvement de la pile.

Je profite pour préparer mes outils. J’allume mon fer, je rapproche la pompe à dessouder.

Hop ! c’est parti ! J’éteins Super Street Fighter II. Je récupère la carte et je la retourne. Il y a des traces de plastique brulé autour des points de soudure, ce n’était pas une soudure parfaite.

Bref je dessoude la pile, et j’ai repéré la polarité.. Le plastique brulé m’a un peu gêné pour récupérer l’étain, mais globalement cela c’est bien passé.

Je place la nouvelle pile en vérifiant les pôles. Je ressoude…rien de particulier. Je raccourcis les pattes.

Je replace la carte B sans sa coque sur la carte A. J’allume et …. Le jeu démarre ! Hiiihaaa !

Je laisse tourner une heure.

Et voilà , 1ère mission accomplie !

 

 

 

Mission Two

Je passe à la carte A maintenant. Je la désolidarise de la B.

Je me retrouve avec 4 vis et un rivet.

Le rivet comme le précédent traverse les coques. D’un coté une pastille frappée d’un C et de l’autre un autocollant capcom. Donc l’opération reste identique. Cutter…. Chauffe…. Perce.

Je désolidarise les coques.

Cette fois ci la carte électronique est fixée par une vis cruciforme que j’ôte. Je débranche le connecteur du ventilateur. Je lève la carte pour enlever la poussière et pour pouvoir plus facilement changer le ventilateur. Ce dernier est logé dans un emplacement plastique. On le fait glisser le long de son rail.

Je place le nouveau qui est un peu épais d’un millimètre. Je force un peu et ça passe. Le connecteur n’est pas le même. D’origine il a 2 fils rouge positif et noir négatif. Ce nouveau connecteur possède 3 fils noir. Je repère le chiffre 1 qui est le repère désignant le fil négatif. Je sais donc que le fil du milieu est le rouge positif 12v.

Sur la carte un contacteur porte le chiffre 1 et l’autre 2. Avec l’ancien connecteur avait le fil rouge placé sur le 1 et le fil noir sur le 2. Donc si je respecte la polarité je mets le connecteur marqué 1 sur le contacteur 2.

Pour les rivets, je pensais mettre de la colle légère qui se détache facilement, mais n’en ayant pas sous la main je décide de teste de la bande caoutchoutée qui s‘étend et reste fixée. C’est utilisé en plomberie. J’obtiens une bande qui ressemble à un élastique. Ainsi le rivet se bloque dans son logement grâce à cette bande caoutchouteuse que je peux enlever facilement. Je place l’autocollant qui tient encore grâce aux restes d’adhésif. Le résultat est satisfaisant.

Je range les fils, remets les vis, je teste et … tout fonctionne !
Le ventilo est encore audible mais le bruit est divisé par 3 et c’est très appréciable.

J’ai fait un comparatif en vidéo (poussez le son à fond !).

Et Mission 2 accomplie !

 

Avis et conclusion

J’ai eu 2 frayeurs durant ce montage.

  • En voulant tester trop vite je n’avais pas placé les coques correctement. La connexion entre les cartes A et B n’étant pas suffisamment établie un écran blanc est apparu. Pas de son…Puis en enfonçant les cartes correctement tout est revenu.
  • Puis au dernier test j’ai vu des bandes blanches verticales apparaître durant le jeu. Et la pareil, j’ai tout débranché puis rebranché. Il est important de bien placer les gros clips noirs latéraux réunissant les 2 cartes pour éviter tous problèmes d’affichage ou autre.

Voilà j’espère avoir été clair et précis et que cet article permet de compléter en français les autres articles qui traitent du même sujet.

Pour un prochain article j’aimerais « phoenixer » une cps2 en transformant la rom originale. Je vais donc chercher un max d’info.
Si je trouve un tuto français très complet je mettrai son lien et peut être que je ferai un article en parallèle pour donner mon ressenti aussi et vous transmettre une autre expérience.

Keep cool and shoryuken !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :