Juil 08

Moonwalker sur SEGA Megadrive/Genesis

moonwalker1Commençons par l’histoire : vous êtes Michael Jackson, doté de pouvoirs magiques.

Vous devez sauver Katy et les nombreux enfants perdus que le méchant Mister Big (Joe Pesci dans le film) a décidé de kidnapper.

Dans ce jeu d’action/plateforme, M. Big vous envoie donc à chaque niveau tout une ribambelle de vilains pour vous empêcher de sauver les enfants cachés dans les éléments du décor.

La trame du jeu reprend celle du film sorti en 1988 sous le même titre.

moonwalker2

Dès que l’on commence à jouer, on prend tout de suite conscience que l’équipe de chez SEGA a voulu faire les choses en grand…
Rien que la musique !!!! Whoah !!! Dès les premières notes, on reconnaît facilement les hits du king of pop : Smooth criminal, Beat it, Billie Jean.
La mégadrive d’un point de vue sonore nous régale, les titres sont bien reproduits, les bruitages sont bien intégrés avec les mouvements du chanteur.

Parlons-en de l’animation: on a un Michael Jackson très bien modélisé, reproduit avec beaucoup de réalisme, notamment son déhanchement. De même, lorsque vous maintenez le bouton A enfoncé vous avez droit à des chorégraphies propres à chaque niveau.

Michael peut donner des coups « magiques », en maintenant le bouton A plus ou moins longtemps, vous activez 2 super pouvoirs, le lancer de chapeau ou la chorégraphie avec les ennemis présents à l’écran.

moonwalker3

 

Chaque niveau est basé sur une chanson de Michael :

– dans le club 30 et on est dans l’univers de la chanson « Smooth Criminal »

– dans le second niveau, on se retrouve dans la rue avec « Beat It » (les chiens qui vous attaquent et que l’on retrouve également dans le clip de M.Jackson « Leave Me Alone » font clairement référence aux journalistes qui n’arrêtaient pas de harceler et de véhiculer de fausses rumeurs concernant la star).

moonwalker4

– dans le troisième stage on se retrouve dans l’univers de « Thriller » (dommage de ne pas avoir eu la bande son correspondante, un des meilleurs stages du jeu)

moonwalker5

– dans la grotte où de nombreuses araignées viendront vous embêter

moonwalker6

– dans le laboratoire futuriste de Mr Big (de nombreux soldats et de rayons laser vous barreront la route)

– le dernier stage et sixième niveau, sans doute le plus baclé, il s‘agit d’un jeu de tir où vous devez toucher le vaisseau de Mr Big.
Un niveau sans intérêt qui vient gâcher ce soft.

Les niveaux sont bien animés mais restent un peu vides dans certains stages (chaque niveau est découpé en plusieurs sous-niveaux). On notera un problème de collision récurrent avec les ennemis quand Michael ne les touche pas du premier coup, gênant pour la maniabilité. Quand aux sauts, ils restent parfois hasardeux.

moonwalker7

Concernant la durée de vie, en une après-midi, vous devriez avoir fait le tour du jeu, sympa à jouer sur le moment mais très peu de chance d’y revenir et de le finir une deuxième fois car il n’y a pas d’enjeu ou d’items cachés.

Moonwalker reste encore aujourd’hui un bon petit jeu d’action/plate formes, qui se laisse jouer facilement. Les musiques restent toujours un régal pour nos oreilles, notamment lors du premier niveau où Michael jette une pièce dans le jukebox et la musique de « Smooth Criminal » démarre.
Si vous voulez l’essayer, vaut mieux regarder à deux fois sur les côtes du prix du jeu qui se sont envolés depuis le décès du chanteur et qui sont loin d’être justifiées (actuellement en 2014 le prix oscille entre 30 et 60 euros).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :